Skip to main content
RTL Longueuil sur Facebook RTL sur Twitter Linkedin YouTube
Mon itinéraire À l'arrêt
jeudi 03 avril 2003

Premier exercice financier du RTL - Le Réseau de transport de Longueuil dépose les états financiers de sa première année d’exercice en 2002

Longueuil, le 3 avril 2003 - Lors de l’assemblée publique du conseil d’administration du Réseau de transport de Longueuil, le 3 avril 2003, M. Claude Gladu, président du conseil, déposait les premiers états financiers du RTL. Il faut savoir que depuis la création de la nouvelle ville de Longueuil, le RTL a succédé à la Société de transport de la Rive-Sud de Montréal (STRSM).

M. Gladu était particulièrement fier de dévoiler qu’au cours de sa première année d’existence juridique, le RTL dégage un excédent des revenus sur les dépenses de 425 089 $. Cet excédant sera intégré aux résultats de l’année en cours afin d’absorber, plus spécifiquement, la hausse du prix du carburant que l’on connaît depuis le début de la présente année.
 
Les revenus totaux s’élèvent à 98 808 189 $
Les revenus des clients-usagers qui s’élèvent à 36 471 132 $, comprennent la contribution de l’Agence métropolitaine de transport (AMT) au tarif réduit métropolitain, de 1 003 400 $, ce qui représente 37 % des revenus totaux. Le Réseau a enregistré pour l’année 2002 un total de 30 114 107 déplacements.
 
La contribution versée par la ville de Longueuil est de 42 980 800 $. Elle occupe une place importante des revenus, soit un peu plus de 43 %. Les autres revenus et affectations totalisent 7 364 385 $, lesquels, combinés à la contribution municipale et aux revenus des clients-usagers, moins la contribution de l’AMT au tarif réduit métropolitain, représentent près de 87 % des revenus totaux provenant strictement du niveau local. M. Gladu a souligné les efforts, maintes fois répétés, des clients-contribuables et des clients-usagers au financement du transport en commun. ”Ce service est financé en très grande partie comme on peut le constater, à la lumière des résultats, par des revenus de sources locales," de mentionner M. Gladu.
 
Le gouvernement du Québec, par le biais de son programme d’aide au transport en commun, a versé la somme de 8 984 316 $, dont 1 785 937 $ est alloué au service de transport adapté. Le solde de cette somme est destinée au remboursement du service de la dette. L’AMT apporte quant à elle une contribution financière totale de 4 %, dont 3 005 556 $ au chapitre de l’aide métropolitaine.
 
Les dépenses totales s’élèvent à 98 383 100 $
La principale dépense du RTL se situe à la rubrique des traitements et avantages sociaux avec 55 460 233 $, soit plus de 56 % de l’ensemble des dépenses de 2002. L’achat de biens non durables (pièces et fournitures) pour l’entretien des véhicules représente 5 936 250 $, ou 6 % des dépenses. L’entretien et la réparation des bâtiments et des équipements ont atteint 1 436 962 $, tandis que les services publics tels que l’électricité et le chauffage totalisent 1 624 286 $.
 
Les dépenses du transport adapté, de l’ordre de 2 347 020 $, ont permis d'effectuer 249 929 déplacements en 2002.
 
Enfin, les activités d’investissement se composent surtout des déboursés, au comptant que fait le RTL pour l’achat, de 22 autobus à plancher surbaissé.
 
"En 2002, de signaler M.Gladu, le RTL a réussi à absorber les nouveaux coûts émanant de la desserte du métro, soit 3 605 196 $ pour 2001 et 2002, et ceux du train de banlieue de la ligne Mont-Saint-Hilaire/Montréal, de 632 000$, à même ses dépenses de fonctionnement et ce, sans augmenter les tarifs, ni la contribution municipale en cours d’année".
 
Les éléments comparatifs, d’une année à l’autre, ne peuvent être disponibles, car il s’agit de la première année complète des opérations du Réseau qui comprend, depuis le 1er janvier 2002, le territoire de l’arrondissement Saint-Bruno-de-Montarville.

Bookmark and Share