Skip to main content
RTL Longueuil sur Facebook RTL sur Twitter Linkedin YouTube
Itinéraire À l'arrêt
mercredi 02 juillet 2003

CARTE À PUCE DANS LES TRANSPORTS EN COMMUN - Une étape importante vient d’être franchie!

   

Montréal, le 2 juillet 2003 – La Société de transport de Montréal (STM), mandatée par l’Agence métropolitaine de transport (AMT), la Société de transport de Laval (STL), le Réseau de transport de la Capitale (RTC), le Réseau de transport de Longueuil (RTL) et le Conseil intermunicipal de transport de Sorel-Varennes, a adjugé, ce soir, deux importants contrats dans le dossier de la vente et de la perception dans les transports en commun. Le premier a été accordé à la firme ASCOM MONÉTEL SA pour l’acquisition d’un système central incluant les équipements et logiciels pour un montant total de 83 M$. Le deuxième, consistant en l’achat de boîtes de perception électroniques pour les autobus de la STM et de la STL, a été confié à GFI GENFARE, pour un montant de 50,6 M$. Ces firmes ont été retenues après un processus d’appel d’offres public qui a été lancé il y a exactement un an, soit le 2 juillet 2002.

 
Des entreprises réputées
Oeuvrant sur le marché international, Ascom Monétel SA détient une grande expertise en matière de système de vente et de perception. En effet, cette firme a implanté avec succès le système du réseau de Paris et, plus récemment, de Lyon qui s’apparente à celui qui a été choisi par les partenaires du projet. De son côté, GFI Genfare - qui s’est adjoint les services de la firme Garival établie à Laval -, est réputée pour ses équipements de perception et détient actuellement un contrat pour l'installation de boîtes de perception dans 2 700 autobus de Los Angeles. Dans les deux cas, les technologies retenues ont déjà fait leurs preuves dans d’autres grands réseaux de transport collectif, un critère important dans l’octroi de ces contrats.
 
Une carte maîtresse
En plus de bénéficier d’un meilleur pouvoir d’achat, les partenaires se sont regroupés afin d’offrir aux clients un système commun, véritablement intégré, convivial et compatible, bref, plus performant. La carte à puce sera donc utilisée dans les réseaux participants et aura une apparence commune. Elle supportera les abonnements ainsi que tous les titres à tarif réduit (incluant les titres à tarif intermédiaire), puisqu’elle intégrera la carte d’identité qui donne droit à ce privilège. De ce fait, elle permettra un meilleur contrôle et facilitera le travail des employés lors de la perception. Certaines entreprises de transport, dont la STM, introduiront également une carte magnétique qui servira de support aux billets unitaires, à la correspondance et aux passages multiples à tarif ordinaire. Rappelons que le paiement en espèces sera toujours possible.
 
Les activités de vente et de perception seront quant à elles automatisées et opérées par chacun des partenaires. De plus, des distributrices de titres seront disponibles dans les stations de métro, dans les gares de trains de banlieue desservies par l’AMT, dans les agences autorisées de la région métropolitaine de Montréal et à la Société des traversiers de Québec (lien Québec-Lévis) afin d’assurer leur disponibilité en tout temps.
 
Deux grandes étapes d’implantation
Ce projet se réalisera en deux grandes étapes. La première consiste à effectuer les adaptations au système; elle débutera à l’automne prochain et mènera à la production et à l’évaluation des prototypes en 2004. La deuxième concerne l’implantation du système dans quelques autobus, stations de métro et gares de trains de banlieue au printemps 2005 en prévision de son déploiement à partir de l’automne 2005.
 
Une valeur ajoutée pour tous
Selon les dirigeants, ce vaste projet de modernisation profitera autant aux clients, aux employés qu’aux organismes participants puisqu’il vise, entre autres, à faciliter et à simplifier le processus d’achat et d’utilisation des titres, à offrir une plus grande variété de titres mieux adaptés aux besoins de la clientèle, à assurer l’intégration tarifaire régionale ainsi qu’à réduire le manque à gagner résultant de la fraude. De plus, le système central de gestion de l’information - qui sera partagé avec les réseaux participants -, favorisera une mise en commun des façons de faire, ce qui générera des économies significatives.
Signalons enfin que la maîtrise d’œuvre du projet a été confiée à la STM qui a le mandat de coordonner l’ensemble des travaux avec les partenaires. Compte tenu de l’envergure du projet, une douzaine d’équipes multidisciplinaires ont été formées au sein desquelles chaque organisme de transport est représenté.

Contrats "Vente et perception"
Répartition des investissements par partenaire
Système de vente
et perception
Ascom Monétel SA
Boîtes de perception
autobus GFI Genfare
Total
STM (Montréal) 67 899 599 $ 44 889 145 $ * = 112 788 743 $
AMT (région de Montréal)** 7 636 132 $
RTC (Québec) 4 163 214 $
RTL (Longueuil) 2 495 289 $
STL (Laval) 557 076 $ 5 673 669 $ * = 6 230 745 $
CIT Sorel-Varennes 312 377 $
Total 83 063 687 $ 50 562 814 $ = 133 626 501 $

* 1 597 boîtes pour la STM et 220 pour la STL
** Dont 6 861 587 $ pour les trains de banlieue et 774 545 $ pour le prolongement du métro à Laval.

Ces investissements ont été approuvés par les membres des conseils d’administration des six entreprises participantes qui ont autorisé des règlements d’emprunt pour financer ce projet.

Bookmark and Share