Skip to main content
RTL Longueuil sur Facebook RTL sur Twitter Linkedin YouTube
Itinéraire À l'arrêt
jeudi 04 avril 2002

La Société de transport de la Rive-Sud de Montréal (STRSM) dépose ses derniers états financiers

Longueuil, le 4 avril 2002 - Lors de leur assemblée publique, tenue le 4 avril 2002, les membres du conseil du nouveau Réseau de transport de Longueuil (RTL) ont adopté les derniers états financiers de l’ancienne STRSM. Il faut rappeler que dans le cadre du dossier des fusions municipales, et depuis le 31 décembre 2001, le nouveau RTL remplace l’ancienne STRSM.

C’est donc avec émotion, mais surtout avec fierté, que M. Claude Gladu, président de l’ancienne STRSM et du nouveau RTL, a présenté les états financiers. “Nous avons fait de la STRSM une entreprise performante et le RTL hérite d’un succès, non seulement d’un strict point de vue financier, mais aussi de services”, de mentionner M. Gladu.
 
Léger surplus
Pour l’exercice financier de 2001, la STRSM dégage un léger surplus de 37 524 $ sur un
budget d’opérations de 97 072 101 $. Ce surplus a déjà été intégré aux opérations de l’année en cours.
 
Les revenus
Les revenus des titres de transport s’élèvent à 35 574 785 $, ce qui représente près de 37 % des revenus totaux de la STRSM. Encore une fois en 2001, la STRSM a connu une forte hausse de l’achalandage avec 4,9 % par rapport à 2000 et au total, une augmentation d’un peu plus de 21 % depuis 1993.
 
Les contributions municipales occupent toujours une place importante avec un peu plus de 42 % des revenus et atteignent 40 888 700 $. Les revenus de sources locales, en y ajoutant les revenus d’exploitation (publicité, revenus d’intérêts, etc.), soit 1 971 623 $ ou un peu plus de 2 %, représentent plus de 81 % des revenus totaux de la STRSM. “Ces chiffres indiquent très clairement que les efforts financiers des clients-usagers et des contribuables des anciennes villes membres de la STRSM sont majeurs, qu’ils contribuent au désengorgement des ponts et à l’amélioration de la fluidité du transport des marchandises”, de mentionner M. Gladu.
 
Pour sa part, le gouvernement du Québec contribue, par son programme d’aide au transport en commun, avec 15 977 070 $, dont un montant de 1 691 611 $ est spécifiquement alloué au transport adapté. L’Agence métropolitaine de transport (AMT) apporte une aide financière qui représente moins de 3 % des revenus, ou 2 697 447 $.
 
Les dépenses
Les membres du conseil sont fiers de dire que malgré des ajouts ou modifications de service de 765 000 $ durant la dernière année, ainsi qu’une augmentation de l’achalandage de 4,9 %, la STRSM a réussi à absorber, à même ses dépenses d’exploitation, les coûts que génèrent ces bonnes nouvelles.
 
Bien sûr, le maintien du prix moyen du carburant diesel a contribué significativement à conserver un équilibre budgétaire. Rappelons que toute augmentation de 0,01 $ le litre représente, sur une base annuelle, une dépense additionnelle de près de 100 000 $. Par contre, l’augmentation du prix du gaz naturel (utilisé pour le chauffage des garages) a généré une dépense supplémentaire de 280 000 $.
 
Les dépenses pour le transport adapté sont de l’ordre de 2 078 764 $. Elles ont permis d’effectuer 230 453 déplacements, une augmentation de l’ordre de 1,45% par rapport à l’année 2000. La STRSM a également investi des sommes additionnelles afin d’améliorer le niveau de service aux clients-usagers.
 
La principale dépense de la STRSM demeure les traitements et avantages sociaux avec 51 568 851 $, soit 53 % de l’ensemble des dépenses de 2001. L’achat de pièces et de fournitures pour l’entretien des véhicules représente 7 102 663 $ ou 7 % des dépenses. L’entretien des bâtiments et des équipements atteint 1 690 594 $, tandis que les services publics tels que l’électricité et le chauffage totalisent 2 628 403 $.
 
“Si le 20 décembre 2001, les membres du conseil de l’ancienne STRSM approuvaient le premier budget du nouveau RTL, nous sommes heureux, ce soir, à titre de nouveaux membres du RTL, d’approuver les états financiers de l’ancienne STRSM”, de dire M. Gladu.
 
“Malgré les nombreuses contraintes des dernières années, la STRSM aura réussi à éponger son service de la dette, aura connu une augmentation d’achalandage d’un peu plus de 21%, aura été la première société dans la grande région de Montréal à offrir un titre aux étudiants de 18 à 21 ans, (idée reprise par d’autres partenaires de la région), et à investir plus de 5,5 M$ depuis 1993, en vue d’augmenter l’offre de service”, de conclure M. Gladu.

 

Bookmark and Share