Skip to main content
RTL Longueuil sur Facebook RTL sur Twitter Linkedin YouTube
Itinéraire À l'arrêt
mardi 24 avril 2001

Dépôt des états financiers pour l’exercice 2000 - La STRSM affiche un surplus et s'autofinance à 80 %

Longueuil, le 24 avril 2001 - À la Société de transport de la Rive-Sud de Montréal (STRSM), pour l'exercice financier de 2000, les revenus de sources, dites locales (quotes-parts des municipalités, titres de transport, revenus d'exploitation et surplus de l'exercice précédent) représentent plus de 80 % de tous les revenus. Les contributions provenant de l'Agence métropolitaine de transport (l'AMT) ne comptent que pour un peu plus de 4 % de l'ensemble des revenus de la STRSM. Le reste, soit environ 16 %, provient de subventions du Gouvernement du Québec. Les résultats de l'exercice financier 2000 affichent un léger surplus de 45 866 $ sur des opérations totalisant 92 M$.

Les revenus
Les contributions municipales occupent toujours une place prépondérante avec 36 808 000 M$, soit près de 40 % des revenus globaux de la STRSM. La vente des titres de transport s’est élevée à 34 410 028 $, ce qui représente 37 % des revenus de 2000. Rappelons que la STRSM a enregistré en 2000 une hausse d'achalandage de 2,3 % et que depuis 1996, l'augmentation de l'achalandage à la Société est d'un peu plus de 13%, soit la plus forte hausse au Québec.
 
Le Gouvernement du Québec, surtout via le programme d’aide au transport en commun, a contribué avec 14 121 885 $; cette somme inclut entre autres sa contribution au service de transport adapté. L'Agence métropolitaine de transport (AMT) est, quant à elle, la quatrième grande source de financement de la STRSM.
 
Les dépenses
Parmi les principales dépenses de la STRSM en 2000, la hausse persistante du coût du carburant s'est traduite par une augmentation de 1,7 M$. Il faut savoir que chaque cent d'augmentation du litre de carburant correspond pour la STRSM à un coût annuel additionnel de 100 000 $. La STRSM reste donc très sensible aux variations des prix du pétrole sur lesquelles elle n’a aucun contrôle.
 
L'augmentation de l'achalandage, si elle a généré des revenus additionnels, a également entraîné des coûts supplémentaires par rapport à l'année précédente, car on a dû procéder à un plus grand nombre d’activités d’entretien sur le parc d’autobus disponibles.
 
La STRSM a aussi augmenté son offre de service de transport adapté pour répondre à la demande croissante des utilisateurs. Elle a assuré 227 121 déplacements, soit 12 649 de plus qu'en 1999. D'ailleurs le nombre d'utilisateurs, inscrits au transport adapté, a augmenté de 5,57 % en 2000.
 
Toutefois, la principale dépense de la STRSM se situe toujours au chapitre des traitements et avantages sociaux avec 49 896 402 $ ou près de 55 % de l’ensemble des dépenses de 2000. L’achat des pièces et fournitures pour l’entretien des autobus totalisent 6 623 104 $, soit 7 % des dépenses. L’entretien et les réparations des immeubles et diverses installations, propriétés de la STRSM, atteignent 1 757 133 $ et un peu plus de 3 M$ sont versées aux taxes, immatriculations des véhicules et dépenses énergétiques.
 
Tel qu'exigé par le décret du Gouvernement du Québec, adopté en juin 1999, la STRSM a versé 2,7 M$ à la STCUM en regard de sa portion des coûts d'exploitation de la ligne 4 du métro.
 
M. Claude Gladu, maire de la ville de Longueuil et président de la STRSM, attribue l'excellente performance renouvelée de la STRSM, tant d’un point de vue financier que de l’achalandage, à une importante implication des élus au niveau des diverses instances démocratiques de la STRSM, ainsi qu’au professionnalisme de l’ensemble des employés à qui il a transmis ses félicitations au nom des membres du conseil.

Bookmark and Share